Serigne Ahmada Mbacké Se Révèle : Ses Chansons Sur Le Magal, Ses Relations Avec Jah-man…

0
11


Single Post
Serigne Ahmada Mbacké se révèle : Ses chansons sur le Magal, ses relations avec Jah-Man…
Comme chaque année depuis presque trois ans, Serigne Ahmada Mbacké a mis sur le marché un nouvel opus en collaboration avec Jah-Man. Avec comme titre « Bamba Teranga », la vidéo comptabilise plus d’un million de vues en moins d’une semaine et est le n°1 des tendances Youtube. Une tradition qui est respectée à chaque approche du grand Magal de Touba. Dans cet entretien express, celui que l’on surnomme ‘’Jadid Mbacké’’ nous en parle.

« Jah-Man est un parent proche »

Entre Jah-Man et Jadid, c’est plus qu’une simple collaboration professionnelle. En effet, ils sont cousins. « La mère de Jah-Man est une parente à ma grand-mère Mame Marèma Sèye », révèle Ahmada Mbacké.

D’ailleurs, il ne manque pas de préciser que le chanteur est un fervent mouride dont le véritable nom est Abdou Lahad. D’où le respect qu’il lui voue.

Selon le fils du guide religieux Cheikh Modou Kara Mbacké, « Serigne Modou Kara a écrit plus de 10 000 poèmes sur Serigne Touba et il y a plusieurs zikrs dont il est le créateur. En tant que talibé, c’est lui qui nous donne le ‘ndiguel’ pour mettre sur le marché une nouvelle vidéo. Car ce sont ses poèmes que nous prenons chaque année pour les dédier à la jeunesse. C’est le cas de « Bamba Teranga ». Le Sénégal est le pays de la téranga. Donc, les mourides aussi ne peuvent que pratiquer cette téranga. Le message prôné à travers cette mélodie est relatif au culte de la solidarité entre les êtres humains ».

« Je ne fais pas de la musique, mais de la mélodie »

Avant « Bamba Teranga », il y avait « Bamba la Paix », « Bamba Nieup », « Bamba la Joie ». A chaque sortie, Jah-Man et Serigne Ahmada font l’unanimité. Les quatre vidéos comptabilisent près de 17 millions de vues sur Youtube.

Un succès. Mais Serigne Ahmada tient à préciser qu’il ne s’agit pas « de musique, mais plutôt de mélodie. Il est indéniable que la musique gâte beaucoup de choses dans le monde actuel. Nous ne pointons personne du doigt. C’est juste un constat. Donc, nous avons pensé qu’à travers les mélodies que nous créons, nous pouvons réparer certaines tares de la société. Pour rappel, Cheikh Modou Kara avait créé, en 2002, « Mélodies divines » dont la vocation était de répandre un message bien et positif pour l’humanité ».

D’ailleurs Jadid Mbacké ajoute que « Serigne Modou Kara nous corrige souvent, lorsqu’il entend certaines notes, car il est très connaisseur en matière de musique ».

Religion et chansons

En général, ces deux secteurs sont assez contradictoires. Mais Serigne Ahmada estime que « ces chansons sont des zikrs, des louanges à Dieu ». Il révèle que le jour de sa naissance, son père en avait beaucoup chanté. Ce qui explique peut-être son amour pour les zikrs. Il espère ainsi perpétuer l’œuvre de son idole, guide religieux et papa à travers ses chansons qui sont toujours empreintes de ses enseignements.