Résilience économique : Ndèye Saly Diop Dieng Lance Le Projet D’appui Aux Femmes Impactées Par La Covid

0
7


Single Post
Résilience économique : Ndèye Saly Diop Dieng lance le Projet d’appui aux femmes impactées par la Covid
Le ministère de la Femme, de la Famille, du Genre et de la protection des enfants, dans le cadre de son Plan de riposte contre la pandémie du nouveau coronavirus pour «contribuer à la mise en œuvre» du Programme de résilience économique et sociale crée par le président de la République Macky Sall, a initié le Projet d’appui aux femmes du secteur informel impactées par la Covid-19. Il s’agit ici, d’un projet dont la phase pilote a été lancée, ce lundi 20 juillet, à Dakar, par la ministre Ndèye Saly Diop Dieng.
Dans le cadre dudit projet, Mme le ministre a organisé une tournée socio-économique sur le terrain. Ce, pour non seulement rencontrer les bénéficiaires et constater de visu l’ampleur de leurs pertes et de leurs difficultés mais aussi «leur détermination à se relever de la crise et à sauvegarder» leur activité économique. Il s’agit également de les octroyer des financements.
Au cours de cette tournée qu’elle a démarrée par la région de Dakar, la tutelle, accompagnée de ses collaborateurs, s’est rendue, tour à tour, au Quai de pêche de Yoff, au Complexe Sokhna sis à Sacré-Cœur 3, et au Quai de pêche de Hann (Yarakh), avant d’atterrir au Centre Ginddi à la Zone de captage, pour boucler l’étape du département de Dakar.
Près de 9 millions débloqués pour au profit des femmes mareyeuses de Yoff et Ngor
A Yoff, Mme le ministre a octroyé un financement de 8 millions 500 mille francs Cfac, réparti entre les femmes mareyeuses du Quai de pêche de Yoff (5 millions) et les femmes vendeuses de poissons braisés de Ngor (3 millions 500 mille).
5 millions pour les mareyeuses de Yarakh
Au Quai de pêche de Yarakh, elle a remis un chèque de 5 millions de francs Cfa en guise de financement au profit des femmes mareyeuses. Ici, la responsable de ces femmes, Mme Maguette Thiongane, s’exprimant au nom de ses collègues, a salué et magnifié vivement la démarche de la tutelle qui, selon elle, «soutient et accompagne les femmes sur tous les plans», notamment en cette période de crise sanitaire.
120 millions pour «renforcer la résilience» des femmes
C’est au centre Ginddi que Mme le ministre de la Femme a procédé au lancement symbolique de la phase pilote du Projet d’appui aux unités économiques des femmes du secteur informel. Ici également, Ndèye Saly Diop Dieng a rencontré les femmes mareyeuses du Quai de pêche de Soumbédioune. Lesquelles ont reçu un financement de 5 millions de francs Cfa.
A l’occasion, elle a mis à la disposition des femmes du département de Dakar, un financement de 120 millions de francs Cfa pour «renforcer leur résilience, mais surtout appuyer le relance de 240 unités économiques» dans les domaines de la restauration, de la coiffure, de la couture, de la production et de la transformation des produits halieutiques et agricoles.
1000  unités économiques ciblées dans les huit départements les plus touchés par le virus
Selon Mme le ministre, la phase pilote dudit projet cible 1000  unités économiques qui sont sélectionnées sous l’égide des autorités administratives de huit départements «les plus touchées» au niveau du pays par la Covid-19 à la date du 31 mai dernier. Il s’agit, de Dakar, Pikine, Rufisque, Guédiawaye, Thiès, Tivaouane, Mbour, et Mbacké.
D’un montant global de 550 millions de francs Cfa, le projet vise à «contribuer au renforcement de la résilience économique et sociale de cette cible issue du secteur informel impactées par les effets de la pandémie en vue de la préparer à la relance de ses activités économiques». Autrement dit, «soutenir les activités des femmes entrepreneures» du secteur informel organisées autour des Quais de pêche de Soumbédioune, de Yoff, de Hann, de Ndeppe, de Bargny, de Yenne, de Mbour et de Joal ainsi que les vendeuses du marché central au poisson de Pikine, du marché Diola, du réseau des 14 marchés de Guédiawaye, et les tanneuses et brodeuses de Mékhé.
Un financement «non remboursable et de prêt aux conditions assouplies»
Cette enveloppe est répartie sous forme de subvention non remboursable (250 millions) et 250 millions sous forme de prêt aux «conditions très assouplies», à savoir : taux d’intérêt nul, apport personnel nul, frais de gestion nul, et la durée du crédit est fixée à 12 mois avec possibilités de différer de 3 mois. «Seuls les frais d’ouverture de compte» sont à la charge de la bénéficiaire.
Les sous-secteurs d’activités ciblées sont : la transformation céréales locales, la transformation des produits halieutiques, la saponification, la javellisation, la restauration, le maraîchage, l’aviculture, la couture, la coiffure, et enfin, le petit commerce.