Macky Sall a Choisi : Socialisme et Capital Etranger
Économie

Macky Sall a Choisi : Socialisme et Capital Etranger

Le Président Macky Sall avait élaboré sa vision du développement au contact des populations pauvres du fond du Sénégal et avait décidé de leur venir directement en aide s’il arrivait au pouvoir. Sa volonté est sincère, mais sa méthode qui découle également d’un désir sincère de redistribution n’est pas la bonne pour le Sénégal car elle le conduit à faire des choix malheureux. Macky Sall veut créer de la richesse pour la redistribuer. La bonne méthode, à notre avis, est de faire en sorte que les Sénégalais puissent se prendre en charge eux-mêmes, ce qui n’exclut pas une redistribution soutenable et souhaitable pour réduire les inégalités sans être le principal objectif. Par ailleurs, ce désir de solidarité s’organise le mieux à l’échelle locale puisque mieux ciblée.

En effet, il y a une différence entre la formule «Un Sénégal sans exclusion, où tous les citoyens bénéficient des mêmes chances et des mêmes opportunités pour réaliser leur potentiel et prendre en main leur destin» et la formule «Un Sénégal de tous et un Sénégal pour tous». La première est libérale car elle permet de réduire les inégalités pour que chacun puisse prendre son destin en main et se réaliser. La deuxième est socialiste car elle suppose au-delà du Sénégal «pour» tous, de bâtir un Sénégal «de» tous plutôt que «par» tous. Cette dernière volonté fait que Macky Sall assigne à l’état un rôle développementaliste et/ou externalise ce rôle au capital étranger pour pouvoir redistribuer les retombées puisque ne pouvant pas compter sur son privé national. Ces deux formules étaient toutes les deux dans la dernière déclaration de politique générale du Premier Ministre. La distinction que nous venons de faire n’y était pas très importante dans la mesure où le gouvernement semblait s’éloigner de ses ambitions développementalistes en annonçant une année sociale face à l’échec constaté de ses ambitions de transformation structurelle de la Phase 1 du PSE. Nous disions alors que l’appel de l’état au secteur privé pour qu’il prenne le relai de la croissance était une bonne décision mais ce dernier ne le pouvait pas puisque n’ayant pas un système financier d’accompagnement. L’état devait donc se confiner aux services sociaux et aux infrastructures de base et d’appui à la compétitivité du secteur privé au vu de ses moyens limités, ce que le programme de 2019 de Macky Sall a bien incorporé. Les ressources pétrolières et gazières ne doivent pas changer cette option.

Nous disions aussi que lorsqu’on ne peut pas exporter des biens et services à cause d’une monnaie forte, on se retrouve à exporter des êtres humains, c’est-à-dire notre jeunesse éduquée ou non, formée ou non, pour tenir l’équilibre de notre balance des paiements. Les transferts de migrants qui se substituent ainsi à des recettes d’exportations, ainsi que les fonds d’entreprenariat (DER), ne pourront pas favoriser des emplois locaux car ils resteront des filets sociaux (comme les bourses familiales) qui ne feront qu’alimenter les importations. Nous disions donc qu’il fallait une autonomie monétaire avec un taux de change flexible et une décentralisation autonomisante et responsabilisante autour de nos pôles urbains pour aider le secteur privé national à financer son rôle de leader avec l’appui complémentaire de capitaux étrangers. Le rôle de l’état pourrait ainsi s’étendre au-delà du social à l’échelle de pôles régionaux mais sous la responsabilité de ces derniers.

Mais en définitive, après maintes hésitations, le Président Macky Sall n’a pas choisi le libéralisme patriotique pour faire confiance aux citoyens sénégalais eux-mêmes et le privé national dans la prise en main de leurs propres destins. Il a choisi le leadership d’état à cause des ressources pétrolières en perspective et les gaspillera donc puisqu’elles permettront de financer le besoin en devises de nos dépenses en importations qui rendront notre économie plus rentière. Son programme dont la plupart des initiatives comptent sur le budget de l’état central reflète ses options socialistes et socialisantes.

Il a également choisi d’aller à l’assaut de la CEDEAO avec l’aide du capital étranger (privé et sous leadership d’états-Chine, Turquie) par le biais de zones économiques spéciales et d’agropoles pour, par la sous-traitance, tirer le privé sénégalais dans la direction que ce capital et l’état auront choisie. Pour conforter ce capital, il a choisi l’option de la monnaie de la CEDEAO dont le régime de change sera nécessairement fixe à ancrage potentiellement multiple (euro, dollar, yuan) pour que ce capital puisse se déployer à cette échelle sans souci, car les pays de la CEDEAO n’ont pas de convergence macroéconomique et structurelle. Il espère ainsi créer les emplois nécessaires pour éviter l’émigration des jeunes par les exportations d’entreprises essentiellement étrangères. A environnements macroéconomique et monétaire inchangés (union douanière et monnaie fixe), ces exportations alimenteront également des importations que nous aurions pu produire si les secteurs d’exportations n’avaient pas été choisis par l’état et le capital étranger.

Macky Sall a donc choisi de prêter son sol à la compétition des puissances mondiales en Afrique qui déterminera le destin des entreprises sénégalaises par l’exportation en orientant les activités et la formation vers des domaines spécifiques choisis. Avec la zone de libre-échange continentale, qui ne pourra être efficace qu’avec une monnaie africaine, le destin des sénégalais et de leurs entreprises leur échappera ainsi davantage pour bâtir de nouvelles dépendances après celles de la colonisation et de l’aide.

Dans ce contexte, Macky Sall promet la protection de l’état par des programmes sociaux et de redistribution (zéro bidonvilles, zéro déchets, fonds solidaires, et infrastructures de base). Ce choix n’est pas patriotique à l’échelle du Sénégal ou de l’UEMOA car il ne permettra pas aux sénégalais de choisir leurs propres voies dont les erreurs pourraient être corrigées par une monnaie flexible à ces échelles. Dans ce dernier cadre, l’économie aurait été plus résiliente car plus diversifiée et financerait les programmes sociaux et les infrastructures. L’état aurait ainsi attiré l’investissement direct étranger de façon plus neutre en mettant en place les fondements d’une économie plus dynamique capable d’encourager la substitution aux importations et la promotion des exportations que les sénégalais auront choisies. Une monnaie flexible de l’UEMOA pour accompagner plus de liberté économique (nous l’avons expliqué dans notre précédente contribution) aurait permis d’aller à l’assaut de l’Afrique et du Monde avec des champions nationaux qui se seront fait la main dans cet espace communautaire. En effet, nous ne sommes pas obligés d’offrir notre territoire à la compétition entre nations étrangères seulement, bien que l’Afrique soit l’avenir pour ces nations et ne leur sera pas fermée.

Ainsi, à la place d’un plan national de développement (PSE) à présenter à des groupes consultatifs en France, nous aurions eu des programmes locaux d’appui au secteur privé (PLASP) qui dessert les débouchés urbains. Dans cette perspective, les zones d’artisanat ainsi que les marchés locaux modernes permettraient d’accompagner notre secteur privé local vers leur formalisation y compris par leur inclusion financière avec la cryptomonnaie envisagée. Avec des infrastructures de transport et une électricité compétitive comme envisagé, le pari de l’industrialisation sera gagné sans le capitalisme d’état. L’état et le capital étranger en choisissant les voies vers lesquelles les ressources du pays vont être orientées, accompagnées par les formations nécessaires de la main œuvre, imposent une structure à l’économie qui peut ne pas avoir la résilience nécessaire car insuffisamment diversifiée. Nous pensons que cette option n’est pas la meilleure pour le Sénégal. Les petites et moyennes entreprises du secteur informel du Sénégal qui font 98% du tissu économique doivent pouvoir découvrir leurs propres voies vers le développement avec l’environnement nécessaire. Cet environnement nécessite d’abord un secteur financier d’accompagnement, et des consensus multiples au niveau de pôles économiques locaux sous le leadership du privé local.

Macky Sall se sera ainsi éloigné du libéralisme pour «Un Sénégal où nul n’est assez fort pour prétendre s’y établir tout seul, et nul n’est trop faible pour y être privé de sa place». Ce déni de la responsabilité individuelle même lorsqu’on prend en compte la solidarité renvoient à l’aile protectrice de l’état, à la responsabilité collective, et donc au socialisme d’un Sénégal «de» tous et non «par» tous. Les luttes contre les injustices et inégalités sociales par l’éducation, la formation, et la santé sont particulièrement nécessaires, mais chaque citoyen et communauté de citoyens doit pouvoir choisir sa propre voie. Les citoyens auraient ainsi les moyens d’avoir un habitat décent sans les subventions envisagées par l’état pour les bidonvilles seulement.

Enfin, le «commun vouloir de vie commune» s’organise de la façon la plus efficace au niveau local d’où la nécessité d’une décentralisation responsabilisante et autonomisante où les décisions y compris de plans se prennent à la base. La solidarité nationale au bénéfice de tous se fera ainsi entre entités ayant déjà bâti des consensus locaux forts. Notre «commun vouloir de vie commune» s’arrête au niveau des biens et services publics que nous ne pouvons pas nous procurer nous-mêmes à l’échelle locale ou nationale. Les programmes de redistribution envisagés (PUDC, PUMA, PROMOVILLES, Zero-déchets, Zéro Bidonvilles, Fonds Solidaires et de Garantie, etc….) sont également mieux élaborés dans la diversité et mis en œuvre par des pôles régionaux forts et autonomes.

L’Acte III de la décentralisation ne devrait donc pas juste se limiter à la promotion de la ruralité et de l’équité territoriale entre pôles régionaux. Ces pôles devraient être responsabilisés et dotés d’exécutifs forts dirigés par des personnalités politiques majeures qui toutes aujourd’hui cherchent le fauteuil du Président de la République à cause de notre approche centralisée de gouvernance de notre économie, ce qui en fait des transhumants dans leur presque totalité. De ce fait, pour avoir un pays prospère, le Sénégal n’a pas besoin d’«un idéal commun de prospérité partagée» pour générer des ressources qui par la redistribution prendraient en charge les inégalités et injustices sociales. Nous n’avons pas besoin d’un Sénégal «baobab qui serait la sève nourricière qui irrigue et nourrit toutes ses composantes». Nous disons Moom Sa Bopp Mënël Sa Bopp.

Cette volonté de redistribution des richesses a poussé Macky Sall à réduire les dépenses courantes durant son septennat ce qui a été une bonne chose. Il a utilisé les économies pour augmenter les subventions (intrants et équipements à l’agriculture et la pêche, programmes sociaux etc…), mais il s’est rendu compte que la richesse n’était pas suffisante, ce qui a limité l’ajustement budgétaire qu’il devait opérer durant la période. Le niveau de croissance atteint ces 5 dernières années n’est pas fiscalement et socialement durable car financé par une redistribution inefficace des zones urbaines aux zones rurales et l’endettement. Ce n’est pas compatible avec le libéralisme dont il se réclame car ce n’est pas justice sociale.

Allié à des socialistes, Macky Sall aura ainsi réussi la prouesse d’organiser le 62ieme congrès de l’internationale libérale, inscrire le manifeste de cette organisation dans les statuts de son parti, pour ensuite leur dire qu’il est un socio-libéral. Il sera soutenu dans cette option par le Président Ouattara également allié à des socialistes, malgré les corrections du Président de l’internationale libérale leur rappelant que leurs préoccupations sociales sont déjà prises en compte dans le libéralisme classique. Le coup de maître était déjà parti. En effet, le libéralisme classique soutient l’égalité des chances pour que chacun puisse réaliser son potentiel, et l’état a un rôle à jouer dans cet objectif. Un jour après, Macky Sall présentera son programme on ne peut plus socialiste et socialisant, le tout sous leadership d’état et du capital étranger pour lequel il œuvrera par la diplomatie pour obtenir une monnaie unique CEDEAO ou même Africaine qui ne sont pas souhaitables. Le Président Abdoulaye Wade avait donc raison de boycotter le congrès. Il nous faut prendre notre destin en main avec l’UEMOA ou seul (SENEXIT) si la Côte d’Ivoire préfère l’option socialiste, celle de la CEDEAO et de l’Afrique sans monnaie et fédéralisme africain à court terme. Notre option n’empêchera pas que nous travaillions à l’unité Africaine mais par la base car plus résiliente.

Librement

Dr Abdourahmane SARR
Président CEFDEL/MRLD
Moom Sa bopp Mënél Sa Bopp

(Lu 100 Fois)