Les Athlètes Japonais Ont Subi Des Abus, Selon Un Rapport De Human Rights Watch

0
5


Single Post
Les athlètes japonais ont subi des abus, selon un rapport de Human Rights Watch
Selon un rapport de l’ONG Human Rights Watch (HRW), de jeunes athlètes japonais ont été victimes d’abus physiques, verbaux et sexuels pendant leur entraînement.
Ce rapport, qui relate les expériences de plus de 800 athlètes dans 50 sports, paraît la semaine qui aurait marqué le début des Jeux olympiques de Tokyo.
« Les abus comprennent des coups de poing, des gifles et une quantité excessive ou insuffisante de nourriture et d’eau », a déclaré Minky Worden de HRW.
Plusieurs athlètes ont indiqué avoir été frappées, frappées à coups de poing, giflées, frappées à coups de pied, jetées à terre ou battues avec un objet pendant qu’elles pratiquaient un sport.
Le Comité olympique japonais a été contacté pour répondre à ce rapport.
Le Conseil des sports du Japon, également mentionné par HRW, a également été contacté.
En 2013, le Comité olympique japonais a promis de prendre des mesures pour éradiquer les abus parmi ses fédérations sportives après qu’une enquête interne a révélé que plus de 10 % de ses athlètes avaient été victimes d’intimidation ou de harcèlement.
Il a également réduit le financement de sa fédération de judo pendant un certain temps lorsqu’il avait découvert que des entraîneurs avaient abusé physiquement d’athlètes féminines.
« Human Rights Watch appelle le Japon à prendre des mesures décisives et à jouer un rôle de premier plan dans la lutte contre cette crise mondiale », a ajouté M. Worden, qui est le directeur des initiatives mondiales de HRW.
Le rapport est basé sur des entretiens, une enquête en ligne qui a recueilli 757 réponses et des rencontres avec huit organisations sportives japonaises.
Sur les 381 personnes interrogées, âgées de 24 ans ou moins, 19 % ont indiqué avoir été frappées, frappées à coups de poing, giflées, frappées à coups de pied, jetées à terre ou battues avec un objet pendant qu’elles pratiquaient un sport.
Au total, 18 % ont déclaré avoir été victimes de violence verbale, tandis que 5 % ont déclaré avoir été victimes d’agression ou de harcèlement sexuel lors de la pratique d’un sport dans leur enfance.
C’est ce qu’a déclaré le Comité international olympique (CIO) dans un communiqué :
« Nous prenons acte du rapport de Human Rights Watch. Le harcèlement et les abus font malheureusement partie de la société et se produisent également dans le cadre du sport. Le CIO se joint à tous les athlètes, partout, pour affirmer que les abus de toute sorte sont contraires aux valeurs de l’Olympisme, qui appelle au respect de chacun dans le sport ».