Football : Monaco Change (à Nouveau) D’entraîneur

0
9


Single Post
Football : Monaco change (à nouveau) d’entraîneur
L’Espagnol Robert Moreno, arrivé fin 2019 en Principauté, a été remercié, samedi. Il va être remplacé par le Croate Niko Kovac, ex-entraîneur du Bayern Munich.
Il avait été un éphémère entraîneur de l’équipe nationale espagnole. Il aura été un non moins éphémère entraîneur de l’équipe de Monaco. L’Espagnol Robert Moreno, 42 ans, a été limogé samedi 18 juillet par le club de la principauté. Il sera remplacé par le Croate Niko Kovac, ex-coach du Bayern Munich, ont déclaré à l’Agence France-Presse (AFP) des sources proches du club, confirmant une information de L’Equipe.
Robert Moreno était arrivé à Monaco en décembre 2019. Il avait remplacé le Portugais Leonardo Jardim, qui, après avoir été limogé en octobre 2018, avait été remercié une deuxième fois : revenu sur le banc monégasque, celui-ci n’avait pas réussi à replacer l’équipe là où son propriétaire russe, Dmitri Rybolovlev, et son représentant au sein du club, Oleg Petrov, rêvaient qu’elle soit, c’est-à-dire dans les tout premiers de la Ligue 1, se coupant par ailleurs de ses joueurs.
L’arrivée en Principauté de Robert Moreno avait constitué une petite surprise. A 42 ans, ce Catalan sortait d’une première et unique expérience réussie en tant que coach principal. Du 19 juin au 19 novembre 2019, il avait assuré un intérim à la tête de l’équipe nationale espagnole, dont il était jusqu’alors l’entraîneur-adjoint. Sous sa houlette, la Roja avait totalisé quatre victoires et deux matchs nuls en six rencontres, se qualifiant pour l’Euro 2020
Une dizaine de rencontres disputées
Sur le Rocher, Robert Moreno avait notamment pour mission de qualifier à nouveau le club pour la Ligue des champions – et bénéficier ainsi des revenus procurés par cette compétition, une manne importante pour les finances d’un club.
Crise du Covid-19 oblige, il n’aura finalement dirigé qu’une dizaine de rencontres de Ligue 1. Et si, à son arrivée, Monaco était septième de la Ligue 1 (à 7 points de la troisième place qualificative pour la compétition phare européenne), le club a fini neuvième (à 10 points de la troisième place) d’un championnat écourté de dix journées, totalisant sous sa baguette, cinq victoires, trois nuls, cinq défaites.
Les dirigeants monégasques, qui ont recruté dans l’intervalle, en juin, un nouveau directeur sportif en la personne de l’Anglais Paul Mitchell (il supervisait jusqu’alors les différents clubs de la marque Red Bull, dont Salzbourg et Leipzig), attendaient plus en ce qui concerne le jeu développé et les résultats. Ils ont estimé que Robert Moreno n’était pas en mesure de faire franchir ce cap à l’équipe.
Pourtant, lors de la présentation de la saison le 6 juillet, Paul Mitchell demandait « du temps » et expliquait travailler « pour que Robert (Moreno) puisse aller vers les succès ». « Il y a eu beaucoup de changements chez les joueurs, dans le management. Mais ces changements nécessaires étaient pour le bien du club. Maintenant qu’ils ont été réalisés au niveau du management, je ne pense pas qu’il y en ait encore beaucoup », avait déclaré Oleg Petrov, le vice-président du club.
A 48 ans, Niko Kovac, sort d’une expérience écoutée au Bayern Munich : il avait été limogé par le club allemand en novembre 2019 en raison des mauvais résultats du début de saison et de tensions répétées avec une partie des joueurs.
Auparavant, il s’était surtout fait connaître pour avoir remis sur pied l’équipe de Francfort, où, arrivé en 2016, il avait remporté son premier trophée en tant qu’entraîneur, (la Coupe d’Allemagne contre le Bayern Munich) et décroché une qualification pour la Ligue Europa.
Niko Kovac aura pour objectif de stabiliser un club qui n’a plus rien montré, ou presque, depuis son titre de champion de France 2017.