Filière Anacarde : La Der/fj Et Ses Partenaires Lancent La Campagne De Commercialisation 2020

0
1


Single Post
Filière anacarde : La DER/FJ et ses partenaires lancent la campagne de commercialisation 2020
(Ziguinchor-envoyé spécial) – La région de Ziguinchor a reçu, ce jeudi 25 juin, la visite du Délégué général à l’Entrepreneuriat rapide des Femmes et des Jeunes (DER/FJ), Papa Amadou Sarr, accompagné du ministre de l’Agriculture et de l’Équipement rural, Pr Moussa Baldé, du ministre du Commerce et des Petites et Moyennes entreprises, Mme Aminata Assome Diatta, des Directeurs généraux du Cosec, de la BNDE, de la Banque agricole du Sénégal, du Crédit mutuel du Sénégal (CMS), du PAMECAS, entre autres. Une visite au cours de laquelle la DER/FJ et ses partenaires techniques et financiers, accompagnés notamment par le Gouverneur de Ziguinchor et le président du Cadre de concertation de la filière anacarde de Ziguinchor, Siaka Diallo, ont lancé la campagne de commercialisation de l’anacarde pour l’année 2020. La cérémonie de lancement a eu lieu au port de commerce de Ziguinchor où Papa Amadou Sarr et sa délégation ont assisté au départ des premiers conteneurs d’anacardes.

Une enveloppe de 12 milliards de francs Cfa mobilisée par la DER

Pour cette présente campagne, la DER/FJ a eu à mobiliser une enveloppe de 12 milliards de francs Cfa, avec la BNDE, le CMS, le Pamecas et la Banque agricole du Sénégal. Ce qui constitue une satisfaction pour le Délégué général. «Au jour d’aujourd’hui, je peux dire que nous sommes très satisfaits car à date, nous avons déjà injecté 12 milliards de francs Cfa avec 3 milliards de la DER, 3 milliards 500 millions de la BNDE, 2 milliards 400 millions de la Banque agricole du Sénégal, 2 milliards 900 millions de CMS et 1 milliard 200 millions de PAMECAS. Cela montre pourquoi nous avons eu à accompagner cette vision du Chef de l’État, le Président Macky Sall qui nous a demandé d’accompagner les producteurs, transformateurs et exportateurs d’anacarde, à la demande du Gouverneur qui a insisté, qui connaît les enjeux liés à l’anacarde et à l’exportation et à la transformation de ce produit», a lancé Papa Amadou Sarr.

Il ajoute : «Donc, au-delà de l’exportation qui démarre aujourd’hui avec le bateau Djilor qui a été affrété par Cosama avec l’aide du Cosec, nous sommes heureux aussi de dire que nous avons financé les transformateurs, qui transforment la noix d’anacarde ici pour produire de la valeur ajouté. Et au-delà, nous voulons investir, dans les deux années à venir, des unités de transformation moderne et industrielle pour que 50% de la production qui étaient exportés en Indonésie, en Inde et autres, puissent être transformés ici pour plusieurs valeurs ajoutées et plus d’emplois pour la région».     

Une première dans l’histoire du Sénégal

Selon son Délégué général, cette campagne 2020 est une première «si on la compare» avec les chiffres de l’année écoulée qui, selon Papa Amadou Sarr, tournaient autour de 2 à 3 milliards de francs Cfa seulement avec toutes les banques confondues.

Elle est aussi une première du fait que la DER/FJ a financé des transformateurs de la noix de cajou ainsi que les producteurs et les collecteurs dans les trois régions naturelles de la Casamance, à savoir : Ziguinchor, Sédhiou et Kolda. 

Cette campagne de commercialisation est également une première dans la mesure où la DER/FJ a pu faire venir les ministres de l’Agriculture et du Commerce pour prendre part à la cérémonie de lancement ici à Ziguinchor.

A travers la filière anacarde, Papa Amadou Sarr signale que l’objectif de sa délégation est de faire de sorte que la transformation de l’anacarde puisse créer «beaucoup plus de valeur ajoutée et faire rentrer beaucoup plus de devises au Sénégal et y créer beaucoup plus d’emplois, notamment dans la Casamance». C’est pourquoi, dit-il, la DER/FJ s’est engagée auprès des producteurs, transformateurs et collecteurs d’anacardes avec ces 12 milliards de francs pour aller à plus de 70 000 tonnes cette année. Et l’objectif, selon lui, est d’aller à 100 000 tonnes «si tout va bien» mais également doubler cette enveloppe à l’année prochaine. 

Rencontre avec les acteurs à la base

Au cours de cette première journée dans le Sud du pays, le Délégué général de la DER/FJ a aussi visité, tout à tour, l’usine de transformation de noix d’acajou de Élimane Dramé à Ziguinchor, des magasins de stockage d’anacarde financés par la DER et accompagnés par les banques, et l’unité de fabrique d’aliment de porc sise à Tilène Kadior (Ziguichor). Il a rencontré les acteurs de la filière anacarde de la région, à savoir : les producteurs, les commerçants exportateurs et transformateurs, avec à leur tête le président du Cadre de concertation de Ziguinchor, Siaka Diallo. Il a longuement échangé avec eux sur les enjeux et les avantages de la filière.


Un financement de plus d’un milliard est en discussion pour aider une usine de transformation

Pour cette usine de transformation, Papa Amadou Sarr a renseigné que la DER/FJ est en discussion avec Élimane Dramé, son propriétaire et le CMS pour débloquer 1 milliard 200 millions de francs Cfa. Ce, afin de «l’aider» à équiper son usine et transformer l’anacarde.

Le transport maritime, «un levier important»

La ministre du Commerce et des Petites et Moyennes entreprises, pour sa part, a relevé le rôle que joue le transport maritime dans la réussite de la campagne de commercialisation de l’anacarde. Pour elle, avec l’application de la mesure interdisant le transport de l’anacarde par la voie terrestre, la voie maritime, depuis 2018, a pris le relais. Et cela a permis de passer de 55 tonnes de noix exportées en 2017 à plus de 55 000 tonnes en 2019.

Aussi, Aminata Assome Diatta a soutenu que la campagne de commercialisation de l’anacarde 2020 a noté une innovation avec l’accompagnement de la DER/FJ et de certaines banques. Lesquelles ont accepté d’accompagner les acteurs pour financer la filière.

Le ministère de l’Agriculture entre en jeu

Ce n’est pas seulement le ministère du Commerce qui est impliqué dans la campagne de commercialisation de l’anacarde. Elle implique également celui de l’Agriculture et de l’Équipement rural car, c’est à ce dernier que revient la production. D’où la présence du ministre Moussa Baldé aux côtés de la DER/FJ. A ce titre, le ministre a annoncé qu’il a instruit ses services, notamment l’Isra (Institut sénégalais de recherche agricole) pour «essayer de travailler sur l’amélioration des variétés afin d’avoir une plus grande production».

Pr Moussa Baldé a, par ailleurs, profité de l’occasion pour saluer «l’engagement et les efforts» de la DER/FJ pour son accompagnement au profit des acteurs mais aussi et surtout pour qu’ils puissent transformer le produit sur place.