Escroquerie : Un étudiant Se Fait Passer Pour Un Faux Agent Du Fongip Pour Gruger Ses Victimes

0
7


Single Post
Un étudiant se fait passer pour un faux agent du Fongip
Reconnu coupable d’escroquerie, l’étudiant P. Mb. Sall a été condamné, hier, à un mois ferme par le tribunal de grande instance de Dakar. Il se faisait passer pour un militant de la Cojer, un avocat  et un employé du Fongip, pour escroquer plusieurs personnes.

Selon les informations relayées par ‘’le Soleil’’ dans son édition du jour, ce n’est pas la première fois que P. Mb. Sall est inculpé pour escroquerie. Car, en 2018, il a été déféré pour des faits similaires.

Revenant sur cette affaire, il a fait croire à sa première victime, Y. Diouf, qu’il pouvait lui trouver une prise en charge médicale pour une évacuation sanitaire. Interrogé à la barre, il dit : «Je suis tout simplement membre de la Cojer. Il a des problèmes pour se déplacer. Donc, je l’ai juste accompagné dans ses démarches. Il m’a remis 150 000 F CFA», a-t-il justifié.

En ce qui concerne la dame R. Gaye, le prévenu  lui a promis un recrutement dans la Fonction publique. «Je lui ai juste déposé au ministère de la Fonction publique. Elle m’a envoyé ses documents via un thiak-thiak. Elle travaille dans une banque. Les 5 000 F CFA, c’était pour mon transport. Je ne l’ai pas finalement déposé», relève-t-il.

Quant à la victime A. C. Ndiaye, le sieur Sall a juré qu’il ne lui a jamais dit qu’il travaillait au Fongip. Elle est une camarade de promotion. Nous nous sommes rencontrés à l’Aibd. Je ne lui ai jamais dit que je travaille à au Fongip. Elle m’a remis 208 000 F CFA. Je l’ai simplement aidée à rédiger son projet», a expliqué l’étudiant.

Alors que dans la plainte, la femme a expliqué que le prévenu s’était engagé à lui trouver un financement d’un montant de 1,5 million F CFA, moyennant 150 000 F CFA.

Le prévenu P. Mb. Sall a tout nié en bloc.

Considérant les faits d’escroquerie et d’usurpation de fonction avérés, le parquet a requis 1 an de prison dont 6 mois ferme contre le prévenu. De son côté, l’avocat de la défense a plaidé la clémence du tribunal. Car pour la robe noire, la seule faute de son client, «c’est d’avoir menti».

Au bout du compte, le tribunal l’a condamné à 1 an de prison dont 1 mois ferme.