En Première Ligne: Eva, Technicienne De Laboratoire, Un Héroïne Figée Dans L’anonymat

0
4


Single Post
En première ligne: Eva, technicienne de laboratoire, un héroïne figée dans l’anonymat
Prénom: Eva. Profession: Technicien de Laboratoire. Signe particulier: au front pour combattre le Coronavirus. Rencontre avec un héros de l’ombre qui bataille ferme la pandémie du Covid-19.
Inutile de tourner autour du pot : si le récit de cette femme figure dans ces lignes c’est pare qu’elle est professionnelle de la santé. Oui, le flot continu de l’information à cette manie de toujours projeter sur le devant de la scène, quelques acteurs majeurs : vedettes de la musique, du sport, du showbiz, de la politique, les mêmes noms viennent et reviennent, au devant, et cette lumière créée l’ombre qui masque l’existence de citoyens effacés, mais exceptionnels, d’utilité non quantifiable. Pourtant, dans les laboratoires, entre quatre murs, celle que nous appellerons Eva participe vaillamment, à notre mieux vivre.
Avouons-le, en temps normal, elle ferait partie des citoyens ordinaires, sans aucun attrait, ni enjeu particulier, pour mériter qu’on s’appesantisse, sur son quotidien. Seulement, depuis quelques temps, rien ne s’inscrit plus dans la norme. Le nouveau Coronavirus Covid-19 a tout ébranlé, rendant ce qui n’était pas forcement source d’attention, tout à coup presqu’essentiel. Oui, il est essentiel de se familiariser d’avec ces héros, professionnels de la santé, qui de jour, comme de nuit sont debout, d’arrache pied, au-devant, pour combattre ce virus, qui repend sa nocivité, partout où il passe. Cette dame à partir de son bureau est au cœur du dispositif de lutte contre le Coronavirus. Elle fait partie du personnel des techniciens de laboratoire. «L’analyse est essentielle pour poser un diagnostic médical. Seuls, les symptômes ne suffisent pas pour savoir, si une personne est vraiment atteinte du Coronavirus», souligne t-elle. Alors ses collègues et elle aident à discerner les personnes suspectes ou atteintes, à celles bien portantes. «L’analyse médicale pose un diagnostic, en complément de l’examen des signes cliniques», note t-elle.
En compagnie d’une équipe de techniciens de laboratoires, c’est à eux que revient l’ultime tâche, d’effectuer les différents prélèvements, pour s’assurer si tout va bien. Dans le cadre de son travail, elle dit « interpréter les données récoltées et rédige un rapport d’analyse, transmis au médecin du patient concerné». Son travail, elle l’a toujours pris à cœur, «plus encore», avoue, t-elle, dans cette période, si difficile caractéristique d’inquiétude, de questionnement mais également de solidarité. Chaque cas diagnostiqué relève d’un progrès. «Comme le dit l’adage, mieux vaut prévenir que guérir, dans ce cadre bien précis, l’identification permet de vite prendre des mesures idoines», note t-elle.
Ombre ou lumière, héros tout court…
C’est devenu une pratique anodine. Tous les jours des milliers de personnes partagent à travers réseaux sociaux et medias, «la situation du jour», faisant état du nombre de cas enregistrés, des contaminés, des guéris et parfois des décès. Un moment d’information et de partage, pour prémunir les autres, à prendre des mesures de protection. Mais, il aura fallu, avant qu’on en arrive là que des techniciens de laboratoire fassent le nécessaire. C’est complexe. Impénétrable. Un médecin face à un patient. L’un sachant, l’autre souffrant. L’un chargé d’annoncer, l’autre d’encaisser. Instant intense. «Ce sont ces deux extrémités, tantôt contente de savoir que tel est négatif et navrée d’apprendre, à la minute d’après tel autre est positif, voilà ce sentiment ambiguë que je n’arrive, à toujours pas intégrer», souligne t-elle.
Au sortir, de cette tragédie planétaire, certains d’entre eux, plus au devant de la scène rejoindront le panthéon des héros. D’autres, par contre, plus discrets, dans cette bataille, resteront dans les tiroirs des oubliés. Mais, à nos yeux, ils ont tous ceci de commun : ils rêvent d’un monde meilleur, sans maladies et pour y parvenir se sont hautement illustrés, au prix parfois de leur foyer, vie de famille, vie tout court. Et pour cela, ce sont tous nos héros, dans l’ombre ou dans la lumière.