“elle A Beaucoup Souffert”, Vitaa Revient Sur Le Parcours Compliqué De Diam’s

0
21


Single Post
Vitaa reviens sur le parcours compliqué de Diam’s
Invitée mercredi 23 décembre sur France Inter, Vitaa est revenue sur les épreuves traversées par la chanteuse Diam’s, idole de toute une génération dans les années 2000. Malgré des choix de vie différents, Vitaa et Diam’s sont restées très proches. 
Sur les ondes de France Inter, Vitaa s’est confiée sur son amitié avec Diam’s. Les deux femmes se sont rencontrées il y a une vingtaine d’années. Ensemble, elles ont interprété un tube qui a marqué toute une génération: “Confessions nocturnes.” À l’époque, les deux artistes ont eu “un coup de foudre humain avant d’avoir un coup de foudre artistique”. 

“Après, nous ne nous sommes plus lâchées. Diam’s m’a beaucoup poussée. Elle me disait: ‘Tu as un don. Il faut que tu écrives, il faut que tu racontes des histoires.’ J’ai beaucoup appris à ses côtés, car j’allais en tournée avec elle. Je la regardais beaucoup. C’est vraiment une grande artiste.”

“Je respecte son choix”
En 2012, Diam’s décide de mettre fin à sa carrière, épuisée par la célébrité. Depuis, la femme, qui s’est convertie à l’Islam, vit en Arabie Saoudite. “Elle a beaucoup souffert. Je le voyais. Elle s’était construite en tant qu’artiste, et elle a eu beaucoup de mal à combiner sa vie professionnelle et sa vie personnelle. (…) Elle est plus heureuse là où elle est actuellement et je respecte son choix. C’est mon amie”, a expliqué Vitaa. “Elle a mis la musique de côté, mais elle écrit encore des bouquins. Parfois, on est ensemble à la maison et elle se met à me faire un couplet”, a-t-elle ajouté. 
La célébrité
Vitaa reconnaît que la célébrité n’est pas toujours facile à gérer. “C’est dur, c’est un métier qui est dur. Il faut le dire. Je n’étais pas du tout préparée. Du jour au lendemain, tu vas faire tes courses, tu appartiens aux gens en fait. (…) C’est ça qui a été le plus violent, surtout quand on devient femme, mère, qu’on a des enfants et qu’on a envie de faire comme tout le monde.”