Covid-19 / Filière Anacarde : La Der/fj Et La Bnde, Le Cms Et Pamecas Volent Au Secours Des Acteurs

0
7


Single Post
Covid-19 / Filière anacarde : La DER/FJ et la BNDE, le CMS et PAMECAS volent au secours des acteurs
La Délégation générale à l’Entrepreneuriat rapide des Femmes et des Jeunes (DER/FJ) veut atténuer les impacts du Covid-19 sur l’économie nationale. C’est dans ce cadre qu’elle a noué des conventions avec des banques sénégalaises dont la BNDE, le Crédit Mutuel du Sénégal (CMS) et PAMECAS. Ce, pour le financement de la filière anacarde d’un montant de 6,7 milliards de francs Cfa avec objectif d’atteindre les 10 milliards de francs Cfa. La signature de ces conventions s’est tenue ce mardi 28 avril, au ministère du Commerce et des PME à Diamniadio, en présence de Mme le ministre Aminata Assome Diatta et les présidents de cadre régional de concertation de la filière de Ziguinchor, Sédhiou et Kolda, notamment.
«Donner plus de possibilités aux acteurs»
En effet, ces institutions financières ont mis en place ce mécanisme de financement pour accompagner la filière en donnant «plus de possibilités» aux acteurs de la Casamance notamment pour qu’ils puissent vendre le stock en place. Car, les exportateurs internationaux, qui amenaient leurs fonds pour acheter la production sénégalaise chaque année, ne peuvent pas venir à cause de cette crise sanitaire qui secoue le monde.
Ainsi, après avoir signé avec le Directeur général de la Banque nationale pour le développement économique du Sénégal (BNDE), Thierno Seydou Nourou Sy, le Directeur général du CMS, Amadou Jean-Jacques Diop, le Directeur général du PAMECAS, le Délégué général de la DER/FJ, Papa Amadou Sarr, a soutenu qu’avec cette enveloppe dont le montant tend vers 10 milliards de francs Cfa dans les jours à venir, la campagne agricole sur la filière anacarde de cette année 2020 est «assurée» non seulement sur l’exportation mais aussi sur la transformation. Parce que, dit-il, «le plus difficile est fait, à savoir : trouver un accord sur les montants, les mécanismes». Et par rapport à la mise en place du financement, il renseigne qu’il se fera d’ici la fin de la semaine.
La DER/FJ ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Selon son patron, elle souhaite également accompagner d’autres filières telles que : l’Oignon, la Pomme de terre, la Tomate et le riz.
L’aspect transformation, une nécessité dans ce contexte de coronavirus notamment
La ministre du Commerce et des PME a apprécié «positivement» ces accords de convention au profit de l’anacarde. Aminata Assome Diatta s’est réjouie également de l’implication des établissements financiers dans cette filière qui, pour elle, joue un rôle «très important» dans l’économie nationale. Et face à la problématique de la prise en charge de la filière, elle soutient que ces accords augurent une «très bonne» campagne de l’anacarde pour 2020.
En tant que tutelle, Mme le ministre du Commerce, dans le cadre de ces accords de conventions, a beaucoup insisté sur la nécessité de tenir compte de l’aspect transformation particulièrement durant cette année où la pandémie de Covid-19 est en train de mettre à terre tous les secteurs de l’économie nationale.
Objectif, créer de l’industrie et de la main-d’œuvre
Le Dg de la BNDE, pour sa part, estime que les filières agricoles au Sénégal doivent être accompagnées dans toute leur chaîne de valeur. Et l’objectif de ce partenariat avec la DER/FJ est d’accompagner les acteurs dans l’exportation de l’anacarde mais surtout de favoriser la transformation au Sénégal et de l’exporter comme le font les pays qui achètent la matière première dans le pays. Ce, afin de créer de l’industrie et de la main-d’œuvre.
Pour lui, ce financement est venu cette fois-ci dans un contexte particulier avec la propagation de la pandémie de Covid-19 où les acheteurs potentiels et traditionnels de l’anacarde ne sont pas présents. Et c’est pourquoi, ces accords de convention ont été décidés avec le ministère du Commerce afin de renforcer le potentiel sénégalais en donnant la possibilité aux Sénégalais d’acheter l’anacarde et de pouvoir éventuellement l’exporter.
Thierno Seydou Nourou Sy a par ailleurs renseigné que toutes les décisions sont déjà prises pour la mise en place du financement et dans la semaine, les opérateurs auront la notification de crédit car les fonds de la DER/FJ sont déjà disponibles.
«Seulement des exportateurs internationaux qui amenaient leurs fonds pour acheter»
Le président du cadre de concertation de Kolda, Boubacar Konta, par ailleurs, président du Collège national des commerçants et exportateurs des noix de cajou du Sénégal, parlant à son nom et à celui de ses collègues, a exprimé un sentiment de satisfaction. Avant de soutenir que c’est la première fois que la DER/FJ et des Banques sénégalaises s’unissent pour soutenir la filière anacarde. Car, c’étaient seulement des exportateurs internationaux qui amenaient leurs fonds et repartir avec, une fois que la campagne est terminée. Une situation qu’ils avaient déplorée en tant qu’opérateurs de la filière.
Selon lui, c’est grâce à l’appui du Dg du COSEC qu’ils ont pu avoir des facilitations au niveau de la DER/FJ qui s’est engagée avec ces institutions financières du pays pour prendre en charge la commercialisation de toute la production sénégalaise de cette année.
Pour finir, l’opérateur de la filière anacarde a rassuré que les remboursements de crédits se feront à temps vu que la DER/FJ n’attend que cela pour pouvoir financer d’autres filières.
La rencontre a également noté la présence du Dg de l’ASEPEX, Dr. Malick Diop, du représentant de Ecobank, du représentant de DHL, du directeur commercial de la Banque agricole du Sénégal, entre autres.