Coronavirus : « j’ai Plus Peur D’aller En Quarantaine Que D’avoir Le Covid-19 »

0
5


Single Post
Coronavirus : « j’ai plus peur d’aller en quarantaine que d’avoir le Covid-19 »
La Kenyane Rachel Gachuna est extrêmement inquiète d’attraper le coronavirus mais elle craint tout autant d’être enfermée dans un centre de quarantaine dans son pays.
Si l’on en croit la mère célibataire de jumeaux d’un an, ceux qui sont déjà détenus dans certaines de ces structures gouvernementales, ont des conditions de vie qui ne sont guère meilleures que dans une prison.
« Les toilettes sont juste sales, en désordre… même les nettoyeurs qui s’occupent des toilettes une fois par jour se plaignent du désordre des toilettes », a déclaré une femme en quarantaine à la BBC.
« C’est parce qu’il n’y a pas d’eau, donc les gens touchent les mêmes robinets quand vous voulez vous laver les mains, s’il y a de l’eau… c’est juste du désordre. »

Les personnes qui sont arrivées au Kenya en provenance de pays touchés par le virus avant la fermeture des frontières et celles qui ont été en contact avec un patient atteint de coronavirus ont été envoyées dans ces centres pendant 14 jours.
Cependant, la période de quarantaine a été prolongée deux fois pour toutes les personnes se trouvant dans des centres où une personne a présenté des symptômes du virus – et qui ont dû continuer à payer les factures.
Des plaintes ont également été formulées selon lesquelles la distanciation sociale est impossible dans certains centres en raison de la surpopulation. »Vous priez Dieu pour que cela n’arrive jamais, parce que je ne sais vraiment pas ce que je ferais », a déclaré Mme Gachuna à la BBC.
Elle est maintenant en congé après avoir choisi de travailler depuis son domicile dans la capitale, Nairobi – même si les habitants de la ville peuvent sortir pendant la journée.
Tentative d’évasion
Pour protéger sa famille de l’infection, elle ne va dans les magasins que lorsque c’est indispensable – et préfère ne pas sortir du tout.
Les Kenyans doivent désormais porter des masques faciaux en public et les bus transportent moins de passagers, mais la distanciation sociale peut être difficile.
« J’essaie d’être prudente. Quand j’entre dans la maison, je dois prendre une douche avant de toucher mes enfants. Vous ne pouvez pas garantir ce que vos vêtements ont pris à l’extérieur », a-t-elle déclaré.

Et ses craintes ont été renforcées la semaine dernière après que des dizaines de personnes ont tenté de sortir d’un centre d’isolement de l’université Jomo Kenyatta à Nairobi, en invoquant des conditions insupportables.
« D’abord parce que nous ne pouvons pas payer et ensuite parce que cela n’a aucun sens scientifique de continuer à rester au centre », a déclaré Simon Mugambi, l’un des candidats à l’évasion.
D’autres ont parlé de leur angoisse psychologique et mentale après que le gouvernement a prolongé leur séjour au-delà de 14 jours.
Mais le groupe a été contraint de rentrer. Selon les mots d’un autre : « c’est comme si vous étiez condamnés… c’est comme si vous étiez à la merci du gouvernement. »

Elle a également laissé partir une de ses nounous, qui est venue aider à s’occuper des jumeaux pendant la semaine, car elle craignait que son utilisation des transports publics ne rende la famille vulnérable à l’infection.
Banner
Les restrictions du Kenya en matière de coronavirus :
• Fermeture des frontières et restriction des vols
• Couvre-feu nocturne entre 19h00 et 05h00, heure locale
• Aucun voyage à destination ou en provenance de la capitale Nairobi et de certaines parties des comtés voisins de la ville. Ces mesures s’appliquent également à certains comtés côtiers
• Fermeture des écoles, des pubs, des lieux de divertissement, des églises et des mosquées
• Toute personne tenue de porter un masque facial en public est arrêtée si elle ne le fait pas
• Les employeurs sont encouragés à permettre à leur personnel de travailler à domicile
• Tous les lieux de travail doivent disposer d’une zone de lavage des mains à l’eau et au savon ou d’un désinfectant agréé pour les mains
• Les transactions sans espèces sont encouragées
Banner
Fin mars, le gouvernement disposait de plus de 50 installations de quarantaine dans les hôtels, les foyers d’accueil des écoles et des universités, qui coûtent entre 20 $ (12 075 FCFA) et 100 $ (60 365 FCFA) par nuit.
Certaines d’entre elles ont maintenant fermé, mais au moins cinq d’entre elles sont soumises à une troisième période de quarantaine. Sur les 2 336 personnes mises en quarantaine, 425 y restent.
Certaines s’en sortent mieux que d’autres
Un pilote de Kenya Airways, arrivé de Dubaï le 24 mars, a déclaré à la BBC que la compagnie aérienne payait la note d’hôtel pour lui et son équipage – et leur avait proposé des séances de conseil.
Etre confiné si longtemps loin de sa famille est mentalement difficile, a déclaré le pilote, qui a requis l’anonymat

‘Des vies sont mises en danger’
Un groupe d’organisations de défense des droits de l’homme, Kelin, a fait part de ses inquiétudes quant aux conditions et au manque d’information des personnes en quarantaine.
« Le gouvernement n’a pas été clair sur qui paie les frais ; le gouvernement n’a pas été clair sur le moment où les gens sont censés être testés », a-t-il déclaré.
Le ministère kenyan de la Santé a déclaré être conscient des inconvénients, mais maintient que cette pratique est faite dans l’intérêt de la protection du public, car certaines des personnes mises en quarantaine ont été testées positives pour le Covid-19, la maladie respiratoire causée par le coronavirus.
Patrick Amoth, responsable de la santé publique au ministère, a également pointé du doigt cinq centres où les gens « n’ont pas maintenu une distance sociale optimale et ont plutôt eu des contacts et des interactions étroits » lors de l’annonce d’une deuxième extension.
Le directeur de l’hôpital national Jomo Kenyatta, le plus grand hôpital public de référence du pays qui relève du ministère de la santé, a également critiqué le comportement de certaines personnes en quarantaine.

« Ils deviennent si hostiles, même envers les travailleurs ; même certains de mes travailleurs ont dû être maltraités physiquement », a déclaré Evanson Kamuri.
« Ils mettent leur vie en danger, le moins que vous puissiez faire en tant que Kenyans est de leur apporter un peu de soutien de base et même de montrer un certain niveau d’étiquette », a déclaré le médecin.
Mais les extensions ont, selon une personne qui a posté une vidéo d’un centre de quarantaine de l’école Lenana à Nairobi, signifié que des gens ont perdu leur emploi et ont dû faire face à des factures écrasantes.
Pour Mme Gachuna, responsable de la logistique, ce serait une catastrophe.
Elle est déjà préoccupée par les finances, car son entreprise a dû interrompre ses activités en raison des restrictions liées au coronavirus – et elle a dû prendre en charge elle-même davantage de garderies.
Le pilote de Kenya Airways, qui doit maintenant s’isoler chez lui pendant une semaine supplémentaire, conseille aux autres de tout faire pour éviter d’être mis en quarantaine obligatoire.
« La quarantaine n’est pas un bon endroit pour être, donc si vous pouvez éviter d’y être, pratiquez simplement l’hygiène personnelle et la distanciation sociale pour éviter tous ces ennuis », dit-il.
C’est un conseil que Melle Gachuna et d’autres comme elle ont pris au sérieux