Cabines de bronzage : l’Anses rappelle le risque avéré de cancer de la peau
Bien-Être & sante

Cabines de bronzage : l’Anses rappelle le risque avéré de cancer de la peau

L’Agence nationale de sécurité sanitaire recommande aux pouvoirs publics de faire cesser l’exposition de la population aux UV artificiels émis par les cabines de bronzage à des fins esthétiques.

Différentes mesures ont été prises pour réglementer l’utilisation des cabines de bronzage en France. Ces cabines émettent des rayonnements à forte intensité, équivalant à l’exposition à un soleil tropical. C’est pourquoi le ministère de la santé a sollicité l’Anses afin de faire un point sur les conséquences pour la santé de l’exposition aux UV artificiels.
Sur le même sujet
Fuyez les cabines de bronzage
Fuyez les cabines de bronzage

Les doses d’UV reçues lors des séances de bronzage artificiel se cumulent à celles reçues naturellement. Elles provoquent des dommages de l’ADN et augmentent le risque de cancers cutanés. Des risques encore plus importants lorsqu’on s’expose à un jeune âge : « les personnes ayant eu recours au moins une fois aux cabines de bronzage avant l’âge de 35 ans augmentent de 59 % le risque de développer un mélanome cutané. En France, il a été estimé que 43 % des cas de mélanomes chez les jeunes pouvaient être attribués à une utilisation des cabines de bronzage avant l’âge de 30 ans » souligne l’Anses.
Andros Gourmand & Végétal

Description : Vous êtes gourmand et rêvez d’un dessert à la fois synonyme de plaisir et de bien-être ? Avec Andros Gourmand & Végétal, les nouvelles créations signées Andros, vous allez craquer, c’est sûr !
Sponsorisé par ANDROS
Aucun bénéfice pour la santé

L’exposition aux UV artificiels entraîne également d’autres effets délétères, tels que notamment le vieillissement accéléré de la peau, estimé quatre fois plus rapide avec les lampes de bronzage qu’avec le soleil.

Par ailleurs, la coloration de la peau provoquée par l’exposition aux UV artificiels suit un mécanisme différent de celui du bronzage naturel ainsi, l’exposition aux UV artificiels ne prépare absolument pas la peau à l’exposition solaire et ne protège pas des coups de soleil. Enfin, l’utilisation de cabines de bronzage ne permet pas un apport significatif de vitamine D.

Sur la base de cette nouvelle synthèse des expertises et des données récentes dans le domaine, l’Anses rappelle la dangerosité du bronzage artificiel et recommande aux pouvoirs publics de prendre toute mesure afin de faire cesser l’exposition de la population aux UV artificiels.

A lire aussi :

Les séances UV dangereuses aussi pour les yeux

Les lampes UV plus dangereuses que le tabac

(Lu 100 Fois)