Barthélémy Dias : «J’ai exprimé un sentiment de mépris et de dégoût»
Politique

Barthélémy Dias : «J’ai exprimé un sentiment de mépris et de dégoût»

Le prévenu Barthélémy Dias est d’attaque. Comme à son habitude. Il n’a pas mâché ses mots, ce mercredi, au cours des débats de son procès en appel.

Il est jugé pour outrage à magistrat, appel à attroupement et discrédit sur une décision juridictionnelle dans des conditions de nature à porter atteinte à l’autorité de la justice.

«J’ai toujours récusé toutes ces accusations, a déclaré le maire de Mermoz-Sacré Cœur à la barre. J’ai souhaité qu’on remet tout cela dans son contexte. Je n’ai cité aucun magistrat et ce depuis l’enquête préliminaire. Pour l’appel à l’attroupement, poursuivre un acteur politique pour avoir tenu des propos pour demander à la population de descendre sur le terrain afin d’exercer un droit constitutionnel, c’est incompréhensible pour certains.»

Barthélémy Dias a fait savoir que cet appel à manifester est toujours d’actualité, «parce qu’il n’y a toujours pas de dialogue», et que Khalifa Sall sera leur candidat à l’élection présidentielle de 2019.

«J’ai exprimé un sentiment de mépris et de dégoût, a signalé Dias. J’ai été condamné en avril et j’ai considéré que c’est une décision injustice. J’ai interjeté appel et c’est à quelques heures de ma libération qu’on me notifie que je devais répondre à une convocation de la Cour d’appel. Alors que pour le discrédit sur une décision juridictionnelle que j’ai fait par voie de presse, il n’y a aucun organe de presse qui est poursuivi, comme le prévoit le Code pénal.»

Délit d’ambition présidentielle

Le maire de Mermoz-Sacré Cœur se dit certain d’être «poursuivi pour un délit d’ambition présidentielle».

Il martèle : «Je ne suis pas poursuivi pour un délit pénal. Je suis éligible et on veut ôter ce droit à tout prix. Il est constant que nous ne sommes pas d’accord avec la décision rendue dans l’affaire Khalifa Sall. Mais, je n’ai pas encore présenté ma candidature et je me retrouve toujours devant le tribunal. Je vous garantit qu’après le l’élection présidentielle, vous ne verrez plus nos visages parce qu’il n’y aura aucun enjeu.»

A la question de l’avocat général de savoir pourquoi il a soutenu que le Sénégal est un pays de m…, le prévenu a expliqué avoir parlé au «sens figuré».

«Lorsqu’on a emprisonné Khalifa Sall, des citoyens se sont évanouis, certains ont pleuré et d’autres se sont exprimés par la parole, rembobine-t-il. Moi, j’ai caricaturé les magistrats en les comparant à des prostituées. J’ai également dit que ce pays est une m… car il y a des gens à qui on a confisqué les cartes d’électeur ou qu’on met en prison. Si on ne se mobilise pas le régime actuel ne retrouvera pas la raison.»

Reconnaissant uniquement le délit de discrédit jeter sur une décision de justice, Barthélémy Dias a demandé à la Cour d’appel de lui restaurer sa «dignité». Avec cette précision : «Nous refusons de négocier cette ambition présidentielle.»

(Lu 100 Fois)