Actualité

Sénégal : l’éducation est un rempart contre l’extrémisme violent (UNESCO)

L’éducation peut apporter des réponses durables en offrant aux jeunes…
CM-2018 : Record pour Essam El Hadary, qui devient à 45 ans le plus vieux joueur à disputer un match de Coupe du Monde

En étant titulaire face à l’Arabie Saoudite, le portier égyptien…
CM-2018 : Mbaye Niang dans le viseur de Nice

Après l’AS Monaco et l’Olympique de Marseille, un autre club…
Le professeur Horchani Ferhat prône l’implication des citoyens dans la lutte contre le terrorisme

« Le plus important dans la lutte antiterrorisme, c’est le citoyen.…
Cfee – Entrée en sixiéme 2018: 265 831 candidats attendus

L’entrée en sixième est prévue les mardi 26 et mercredi…
Mondial-2018: L’Uruguay domine la Russie 2-0… Un match riche d’émotions (Mi temps)

C’est la pause du match entre l’Uruguay et la Russie.…
Après le coup de filet en France dans la mouvance de l’ultradroite, les gardes à vue des dix personnes suspectées de préparer des attaques contre des musulmans se poursuivaient lundi tandis que des représentants de l’islam dans ce pays exprimaient leur « profonde préoccupation ». Cette affaire braque les projecteurs sur l’ultradroite alors que la menace terroriste en France est venue ces dernières années essentiellement des réseaux djihadistes, responsables d’une vague d’attentats sans précédent depuis 2015.  Arrestations en Corse  Menées dans la nuit de samedi à dimanche par les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), les arrestations se sont notamment déroulées en Corse, île française de la Méditerranée, où deux suspects ont été arrêtés, en région parisienne, dans la Vienne et en Charente-Maritime (ouest).  « Projet de passage à l’acte violent »  Les interpellés, toujours soumis lundi matin à une mesure de garde à vue qui peut durer 96 heures en matière terroriste, avaient « un projet de passage à l’acte violent, aux contours mal définis à ce stade, ciblant des personnes de confession musulmane », a précisé une source proche de l’enquête.  Cibles présumées  Selon la chaîne TF1-LCI qui a révélé le coup de filet, ils ciblaient notamment des imams radicaux, des détenus islamistes sortant de prison mais aussi des femmes voilées, choisies au hasard dans la rue. « Profonde préoccupation » Dans un communiqué, le Conseil français du culte musulman (CFCM) a indiqué lundi qu’il ferait part au ministre français de l’Intérieur de sa « profonde préoccupation » pour la sécurité des quelque 2.500 lieux de culte et des près de six millions de fidèles de la deuxième religion de France.  La direction de l’instance représentative du culte musulman, qui devait être reçue au ministère à 14H30, demande à au ministre Gérard Collomb de « prendre toutes les mesures » de protection « appropriées ». « Engagement de la DGSI » Dans un tweet, M. Collomb avait salué dimanche « l’engagement constant de la DGSI, qui veille au quotidien à la protection des Français face à toute action violente, d’où qu’elle vienne ».  Actes antimusulmans  Si les actes antimusulmans ont été enregistrés en baisse en France en 2017 par rapport à 2016, notamment grâce à une forte baisse des simples menaces, la sous-catégorie des actions violentes a été pointée en augmentation, passant de 67 à 72 faits. « Islamophobie » Des responsables religieux et associatifs déplorent en outre un haut niveau d' »islamophobie » dans le débat public, sur fond de menace jihadiste.  « Je n’ai pas été surpris par ce coup de filet parce que le climat actuel d’islamophobie encourage ce type de passage à l’acte », a déclaré à l’AFP le président de l’Observatoire contre l’islamophobie du CFCM, Abdallah Zekri. Le président de l’association SOS Racisme, Dominique Sopo, a estimé que cette affaire « montre que des racistes (…) se sentent suffisamment soutenus pour passer de leur pensée-poubelle (…) à des actes sanglants ».  Marine Le Pen met en garde  La présidente du parti d’extrême droite français le Rassemblement national (RN, ex-FN), Marine Le Pen, a pour sa part mis en garde contre tout « lien » qui pourrait être établi entre les personnes interpellées et les militants identitaires ou ceux de son parti d’extrême droite. « Nous avons toujours (…) condamné toute utilisation de la violence.  Pour nous, le combat contre l’islamisme est un combat central, et c’est un combat que nous menons sur le terrain politique », a abondé Nicolas Bay, membre du bureau exécutif du RN. Retraité de la police Parmi les interpellés de ce week-end figure le chef de file présumé de ce réseau, Guy S., retraité de la police nationale et habitant de Charente-Maritime, selon des sources proches de l’enquête. Les suspects gravitaient autour d’un mystérieux groupuscule baptisé « AFO » (Action des forces opérationnelles).  Menace de l’ultradroite  Les dossiers judiciaires impliquant la mouvance de l’ultradroite sont rares au sein du pôle antiterroriste de Paris, accaparé depuis 2015 par les affaires djihadistes. En octobre 2017, les services antiterroristes avaient démantelé un groupuscule d’ultradroite fédéré autour d’un ex-militant du mouvement royaliste Action française, Logan Nisin. Arrêté en juin 2017, il avait reconnu avoir fondé l’OAS, un groupe reprenant le nom de l’organisation responsable d’une campagne sanglante contre l’indépendance de l’Algérie dans les années 1960.  Avec pour mot d’ordre: « Enclencher une re-migration basée sur la terreur ». Jean-Luc Mélenchon Le groupe avait envisagé de s’en prendre au candidat à la présidentielle du mouvement de gauche radicale la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, et à Christophe Castaner, secrétaire d’Etat aux Relations avec le Parlement, mais aussi de cibler des « kebabs » de la ville de Marseille (sud-est) ou le « chantier de la grande mosquée de Vitrolles » (sud-est).

Le président congolais Joseph Kabila a trois plans pour garder…
Les musulmans de France « préoccupés » après un projet déjoué de l’ultradroite

Après le coup de filet en France dans la mouvance…
Saint-Louis : Les cours ont repris à l’Ugb

Les cours ont repris ce lundi matin à l’Université Gaston…
1,7 tonne de drogues incinérée

Une tonne et 700 Kilogrammes de drogues ont été incinérés,…
Mondial 2018: le rêve éveillé du Sénégalais Moussa Wagué

Moussa Wagué est devenu le plus jeune buteur africain de…
Les chats errants australiens, ces tueurs en série

Des chats errants tuent plus d’un million de reptiles par…
Médicaments cancérigènes au Sénégal : Le Directeur de la Pharmacie dément Prometa International

Scandale sanitaire en vue au Sénégal ? Selon le président…
« Très laconique…« , selon la Rfm, le général Mamadou Lamine Mansour Seck s’est prononcé sur l’indemnisation des familles des « Jambars » morts au Koweït, mais aussi des soldats qui ont participé à l’opération militaire de 1991.  Interpellé sur la question, l’ancien chef d’Etat major général des armées a déclaré que « ce sont les Etats qui reçoivent l’argent… » « Ce n’est pas l’armée qui reçoit l’argent directement. C’est le Gouvernement qui gère et on applique les règles suivant le type d’opération…« , a-t-il répondu à nos confrères, « très laconique » sur cette question d’indemnisation des familles des « Jambars » morts au Koweït.  À rappeler que le Sénégal, en 1991 avait participé à la guerre du Golf. Par la suite, l’avion qui était en charge de ramener les soldats de la Mecque, s’était écrasé, provoquant la mort de 93 « Jambars« . Et depuis ce drame, l’Etat du Sénégal n’aurait pas versé aux familles des victimes leurs indemnisations.

Samara s’apprête à accueillir un choc entre l’Uruguay et la…
Indemnisation familles victimes de la guerre du Golf – Le général Mamadou Mansour Seck s’en lave les mains: « C’est le Gouvernement qui… »

« Très laconique…« , selon la Rfm, le général Mamadou…
Vidéo : Sénégal / Japon : Youssou Ndour dévoile un deuxième clip pour réconforter les Lions

Youssou ne fait pas partie des supporters qui critiquent l’équipe…
Roch Marc Christian Kaboré candidat à la présidentielle 2020

Le président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, dont…
Rwanda 1994: les troupes françaises étaient là pour « stopper le FPR »

Un ex-aviateur français ayant pris part à l’opération « Turquoise » en…
Alassane Ndour appelle les Lions à lever la tête

L’ancien arrière droit des Lions, Alassane Ndour, ne désépère pas…
Près de 1.000 migrants secourus en Méditerranée

Près de 1.000 migrants ont été secourus dimanche au large…
Choléra: 75 morts au Kasaï Oriental

La situation préoccupe les autorités de la région qui ont…
L’Université du Sine Saloum scelle un partenariat avec des organisations paysannes

L’université du Sine Saloum El Hadj Ibrahima Niasse (USSEIN), le…
Première rencontre entre Macron et le pape au Vatican

Deux mois après son discours des Bernardins, Emmanuel Macron rencontre…
Egypte : Retraite internationale pour Salah ?

Déçu par la Fédération égyptienne sur de nombreux points, Mohamed…
Farba Ngom: « Mon nom a été traîné dans la boue et ma famille atteinte dans son honneur… »

« Il y a eu beaucoup de bruit autour de…
CM-2018 : El Hadji Diouf donne la recette pour conserver un avantage

L’ancien capitaine de l’équipe nationale du Sénégal, El hadji Diouf…
Aux BET Awards, Mamoudou Gassama a été récompensé pour son héroïsme

Le 26 mai dernier, ce jeune Malien avait escaladé un…
Roi des arènes : un titre qui hante les sommeils de Modou Lô selon…

Dans une interview accordée à Sunulamb, Tapha Guèye, est revenu…
Mini-sommet de l’UE sur la crise migratoire : HSF sceptique face à la mesure des « centres fermés » de Macron

Ce dimanche 24 juin 2018, les dirigeants de 16 Etats…
Madické et Aly Ngouille font la paix…

Les funérailles de la mère de Baba Diao d’Itoc ont…

Sondage 221actu

Sport

CM-2018 : Record pour Essam El Hadary, qui devient à 45 ans le plus vieux joueur à disputer un match de Coupe du Monde

En étant titulaire face à l’Arabie Saoudite, le portier égyptien va battre le record du Colombien Faryd Mondragon, établi en 2014. Malgré l’élimination prématurée des…
CM-2018 : Mbaye Niang dans le viseur de Nice

Mondial-2018: L’Uruguay domine la Russie 2-0… Un match riche d’émotions (Mi temps)

Mondial 2018: le rêve éveillé du Sénégalais Moussa Wagué

« Très laconique…« , selon la Rfm, le général Mamadou Lamine Mansour Seck s’est prononcé sur l’indemnisation des familles des « Jambars » morts au Koweït, mais aussi des soldats qui ont participé à l’opération militaire de 1991.  Interpellé sur la question, l’ancien chef d’Etat major général des armées a déclaré que « ce sont les Etats qui reçoivent l’argent… » « Ce n’est pas l’armée qui reçoit l’argent directement. C’est le Gouvernement qui gère et on applique les règles suivant le type d’opération…« , a-t-il répondu à nos confrères, « très laconique » sur cette question d’indemnisation des familles des « Jambars » morts au Koweït.  À rappeler que le Sénégal, en 1991 avait participé à la guerre du Golf. Par la suite, l’avion qui était en charge de ramener les soldats de la Mecque, s’était écrasé, provoquant la mort de 93 « Jambars« . Et depuis ce drame, l’Etat du Sénégal n’aurait pas versé aux familles des victimes leurs indemnisations.

Le Top 10