Des signaux extraterrestres détectés par les équipes de Stephen Hawking

Des signaux extraterrestres détectés par les équipes de Stephen Hawking

Le physicien Stephen Hawking et ses équipes ont détecté des signaux provenant d’une galaxie située à 3 milliards d’années-lumière de la Terre.
La recherche d’indices pour trouver des traces de vie extraterrestre bat son plein. Grâce à leur projet Breakthrough Listen, déployé en octobre dernier, le physicien Stephen Hawking et le milliardaire Yuri Milner sont parvenus à détecter de mystérieux signaux provenant d’une galaxie lointaine, très lointaine. Selon le «Guardian», les astronomes ont relevé fin août 15 pulsations venant d’une galaxie naine (qui ne dépasse pas 10 milliards d’étoiles) située à 3 milliards d’années-lumière de la Terre. «La source de ces mystérieux signaux, connus sous le nom de sursauts radio rapides [fast radio bursts, en anglais], est inconnue. Certains ont estimé qu’ils pourraient émaner de trous noirs ou d’étoiles à neutrons rotatives avec des champs magnétiques extrêmement forts. Une possibilité plus hypothétique serait qu’ils constitueraient des signaux venus d’un vaisseau spatial extraterrestre», écrit le quotidien britannique.
Ces «sursauts radios rapides» (FRB) sont des phénomènes très intrigants pour les scientifiques. Ils dégagent en quelques millisecondes autant d’énergie que le soleil en un mois et personne n’a jamais trouvé leur origine. Le premier de ces FRB -ou «sursaut Lorimer» du nom de leur découvreur- a été détecté en 2007 par le télescope australien Parkes en Nouvelle-Galles du Sud et isolé par l’équipe de l’astrophysicien Duncan Lorimer. Depuis, seuls une douzaine d’autres ont été repérés par différents observatoires dans le monde ou plutôt déduits à partir de données enregistrées au moment de l’explosion d’énergie. Ce n’est qu’en 2014 que le premier Fast Radio Burst a été capté en direct live, de nouveau par l’observatoire de Parkes. Ce sursaut était situé à environ 5,5 milliards d’années lumières dans la constellation du Verseau.
«Que les ondes se révèlent être des signatures de la technologie extraterrestre ou pas, Breakthrough Listen contribue à repousser les frontières d’une zone nouvelle en pleine croissance pour la compréhension de l’univers qui nous entoure», a déclaré Andrew Siemion, directeur du Berkeley SETI Research Centeret du programme Breakthrough Listen

Auteur: Camille Hazard – Paris Match

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter



Commenté