Récit d’un témoin d’une agression. C’est glaçant !

Récit d’un témoin d’une agression. C’est glaçant !

« J’ai assisté à une agression brève et violente aux alentours de 20h30 sur la Route nationale en allant à Rufisque avec un ami, hier soir. J’étais tellement choqué que je me suis dit qu’il fallait mieux attendre de digérer ça avant d’en parler. Nous étions dans les bouchons au niveau du Technopole, juste après la Cité Fayçal. Pendant que je discutais avec l’ami en patientant que la file n’avance, j’ai vu trois jeunes, âgés entre 20 et 15 ans marcher au milieu de la route. Enfant des quartiers populaires, je me suis tout de suite dit que quelque chose clochait. Ils avaient des sacs à dos et semblaient revenir du sport. Pourquoi marcher au milieu de la route ? Ça m’a fait, tilt. Ils n’avaient sur eux aucune marchandise donc ce n’était pas des marchands ambulants. Le plus grand d’entre eux semblait être en repérage. Arrivé au niveau de ma voiture, il a jeté un coup d’œil sur l’arrière du véhicule. J’ai tout de suite eu le réflexe de verrouiller les portières et de remonter automatiquement les vitres. À ce moment, je l’ai vu montrer du doigt à ses deux autres acolytes, le taxi devant moi. Je n’avais jusque-là pas pu avertir mon ami qui continuait à discuter tranquillement. Comme dans une scène de film, les trois jeunes ont foncé sur le taxi, l’un a ouvert la portière de devant et mis en respect le chauffeur, l’autre la portière du passager arrière en sortant des couteaux longs comme l’avant bras, mon ami a sursauté. C’est là que le tout dernier qui faisait le guet à l’arrière du véhicule est venu vers nous et nous a menacé avec un couteau, nous faisant bien comprendre qu’au moindre geste, il nous réglerait notre compte. Tout est allé très, très vite. J’ai vu le garçon qui s’occupait du passager de derrière le piquer piquer… puis je ne sais pas ce qui s’est passé, le taximan et le passager résistaient. Les 3 jeunes ont traversé tranquillement la route sans courir. Le taximan est sorti avec le passager. Tout le monde était ahuri, choqué. Heureusement, ils n’ont blessé personne. Tout est allé très vite. Le moment où j’aperçois les jeunes et la fin de l’attaque ne dure pas une minute. Il y a aussi une chose qui m’a interpellé, au moment de l’agression, aucun marchand ambulant en vue. Juste après, ils sont réapparus comme par enchantement. Je n’en déduis rien. Mais… »

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter




Commenté